Législatives aux Pays-Bas : Mark Rutte a gagné les élections, mais perdu la confiance des députés

Les résultats, le 18 mars dernier, des dernières élections législatives* aux Pays-Bas, se sont révélées conformes aux prédictions des sondages néerlandais. Sans surprise donc, le VVD, parti libéral de Mark Rutte, Premier ministre sortant, a recueilli le plus de sièges parlementaires. Le chef du gouvernement, en poste sans interruption depuis 2010, prépare donc la constitution d’un quatrième gouvernement, dont la couleur politique doit être similaire au précédent.

SUFFRAGE A LA PROPORTIONNELLE STRICTE

Dans une monarchie parlementaire comme celle des Pays-Bas, les élections législatives sont les élections phares. Les 150 élus de la Seconde chambre parlementaire le sont au suffrage universel direct. Jusque-là, c’est assez similaire au fonctionnement de l’Assemblée nationale en France.

Mais la grande différence, c’est qu’il s’agit d’élections à la proportionnelle stricte, c’est-à-dire que chaque parti qui obtient des voix, obtient des sièges. Cela encourage donc une myriade de partis à se présenter. Ainsi une trentaine de partis s’affichaient dans les rues pendant la campagne.

GOUVERNEMENT DE COALITION

Et surtout cela signifie que le Premier ministre, issu du parti qui a obtenu le plus de sièges au scrutin, doit composer un gouvernement de coalition, et donc trouver une ligne politique de compromis entre les différentes lignes politiques dominant le scrutin. Et donc la composition de ce gouvernement peut prendre beaucoup de temps. En 2017, il avait fallu 7 mois à Mark Rutte, pour constituer un gouvernement de coalition. Son parti, le VVD, avait obtenu le plus de sièges aux élections, mais le 2e parti était le PVV, l’extrême droite de Geert Wilders.

Le VVD et beaucoup d’autres partis en lice s’étaient mis d’accord pour former une coalition sans le parti de Geert Wilders. Mais hormis ce point commun, les partis concernés avaient beaucoup de divergences, notamment sur la politique d’immigration et d’accueil des réfugiés, et sur la politique énergétique et environnementale. Ce qui fait que La gauche écologiste, Groenlinks, malgré son bon score n’avait finalement pas fait partie du gouvernement. Alors que le petit parti CU avait intégré la coalition gouvernementale auprès du VVD, du CDA et de D66.

ELECTIONS ANTICIPEES

Cette année, le contexte était bien sur différent, à cause du Covid et de sa gestion sanitaire, économique et même citoyenne. Les restrictions des libertés, telles que le port du masque obligatoire et le couvre-feu (le premier depuis la Seconde guerre mondiale), ont été mal accueillies aux Pays-Bas et ont déclenché des émeutes dans plusieurs villes en janvier.

Par ailleurs, ces élections ont été organisées de manière anticipée, suite à la démission de Mark Rutte en janvier, du fait d’un scandale dans lequel des milliers de parents ont été accusés à tort de fraude aux allocations familiales. Démission symbolique néanmoins, car le Premier ministre est resté en poste pour assurer l’intérim jusqu’à ces nouvelles élections anticipées.

L’EXTREME DROITE ET LA GAUCHE ECOLOGISTE RECULENT

Et pourtant, le Covid a plutôt joué en faveur du Premier ministre sortant, sa gestion ayant été globalement appréciée des citoyens Néerlandais et les restrictions sanitaires privant ses concurrents de campagne de terrain. Et le scandale des allocations familiales ne semble pas avoir atteint non plus la réputation de celui que l’on surnomme Teflon, parce que les problèmes glissent sur lui, comme les aliments sur les poêles anti-adhérentes.

Ce contexte particulier n’a ni servi l’extrême droite de Geert Wilders (PVV), qui a perdu 3 sièges. Passant de 20 à 17 sièges, le PVV rétrograde à la 3e place en nombre d’élus à la Seconde chambre parlementaire. En revanche, le pari nationaliste de Thierry Baudet, Forum pour la démocratie, progresse de 2 à 8 sièges.

D66 DEVIENT LE DEUXIEME PARTI DU PAYS

Ce contexte ne joue pas plus en faveur du parti conservateur CDA, qui passe de 19 à 15 élus, et encore moins en faveur des partis de gauche et écologistes, bien que le Covid révèle des carences sociales et écologiques urgentes à combler. Groenlinks, qui avait pourtant noué une sorte de pré-coalition de gauche avec le SP, PvdA et D66, pour éviter l’isolement de 2017, a perdu 6 places, passant de 14 à 8 sièges. Le SP a également perdu 5 places. Le PVdA, qui avait fortement chuté en 2017, se maintient à 9 sièges.

En revanche, D66 déjà au gouvernement de coalition depuis 2017, a pris du poids, gagnant 5 sièges. Le parti centriste de Sigrid Kaag compte désormais 24 élus.

MARK RUTTE DANS LA TOURMENTE

Fort de ses résultats aux législatives, où son parti est arrivé en tête et a même gagné 1 siège de plus qu’en 2017 (34 élus VVD désormais), ce scandale des affaires familiales fragilise aujourd’hui le chef du gouvernement, par un biais inattendu. Il est en effet accusé d’avoir essayé de trouver un nouveau poste (de ministre, selon certains) au député Pieter Omtizgt, qui avait alerté sur ce scandale des affaires familiales. Ce député CDA a une position très critique vis-à-vis de Mark Rutte. Ce dernier a démenti. Avant d’avouer ne plus se souvenir. Ce qui est considéré comme un mensonge pourrait lui couter son poste de Premier ministre.  Il vient d’échapper de peu à la motion de défiance lors d’un vote dans la nuit de jeudi 1 à vendredi 2 avril. Seuls D66 et le CDA l’ont soutenu lors de ce vote. Et Sigrid Kaag, cheffe de D66, assure aujourd’hui qu’il devrait démissionner, sa position étant trop contestée pour former et diriger un gouvernement. Mark Rutte assure qu’il va tout faire pour regagner la confiance.

Si les élections législatives n’ont pas suscité de surprises, la formation d’un nouveau gouvernement de coalition pourrait encore une fois être longue et sujette à rebondissements. Affaire à suivre. 

Marie Masi, 2 avril 2021

*En raison de la crise sanitaire, les élections législatives se sont tenues sur 3 jours au lieu d’un. Les Néerlandais majeurs pouvaient ainsi voter dans les urnes les 15, 16 et 17 mars. De plus, les électeurs de plus de 70 ans pouvaient voter par correspondance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :